mardi 1 juin 2010

Chronique du haut de la palissade : déjeuner vintage

-
La comcom vient de dévoiler son arme secrète de l’été : le set de table touristique, un outil promotionnel, vieux de trente ans, qui nous invite à revisiter les années 80. Imaginez plutôt la scène. Vous prenez place, cet été, dans un petit restaurant du Pays lapalissois : nappes à carreaux, les fameux sets et, sur chaque table, l’un de ces pichets décorés d’une vue du château de La Palice qui, il y a quelques années encore trônaient dans la vitrine du magasin Chabert (tous les vide-greniers du coin ont dû être écumés pour mettre la main sur quelques unes de ces reliques d’un autre âge). Après avoir siroté un berger fraise, voici qu’arrivent les œufs mimosa et les aspics dont la gelée vibre au pas d’une serveur qui semble cultiver une vague ressemblance avec Rose Laurens. En bruit fond, Peter et Sloane, Début de Soirée et le Groupe Images. Sur les murs, une affiche de Subway fait face à celle de Retour vers le futur… Puis arrive la paella, souvenez-vous le comble de l’exotisme dans les années 80. Mais de quoi faudra-t-il donc parler cet été pour animer ces repas au Pays ? Sans aucun doute de la note de la rénovation de l’avenue Roosevelt qui ne cesse de s’alourdir (à la table d’à côté, une petite dame aux cheveux blancs commence à s’inquièter du montant des impôts locaux de l’année prochaine), mais aussi de l’Aire des Vérités dont la fréquentation est largement en deçà des espérances et pourquoi pas du projet de la maison de santé pluridisciplinaire que l’ARS (Agence Régionale de la Santé) ne connaît qu’au stade de prospective alors qu’on annonçait, il y a encore quelques mois, le bouclement de son financement… A ma droite, une vieille figure lapalissoise lâche tout d’un coup : « Finalement, ça ne vous rappelle pas notre ville dans les années 80 : un pas en avant et deux en arrière ! C’est peut être bien pour cela qu’ils ont remis le double sens dans l’avenue Roosevelt : pour mieux danser ce Paso Doble ! » Un large sourire éclaira alors un bon nombre de visages.

Cette historiette fera sans doute rire quelques uns et grincer les dents de beaucoup d’autres qui aimeraient bien me pendre à un croc de boucher à la mode hongroise. Toujours est-il que ce gentil set de table n’est plus un outil de promotion digne de notre époque : il ne permettra en aucun cas d’aller chercher les touristes là où ils sont, c’est-à-dire à l’extérieur de notre territoire.
-
S. HUG

Aucun commentaire :