lundi 22 novembre 2010

Chronique du haut de la palissade : le retour de Don Quichotte

-
Vous n’êtes pas sans ignorer que le couperet est officiellement tombé sur l’avenir du Lycée Antoine-Brun qui fermera ses portes au mois de juin prochain. Le Maire de Lapalisse, se sentant trahi par ses amis politiques qui tiennent à la fois la région et le département, a juré de se battre jusqu’au bout. Mais l’issue du combat est déjà derrière nous. Lapalisse s’est réveillée ce week-end avec la gueule de bois, sans doute saoulée d’avoir vu défiler cette semaine dans ses rues désertes une jeunesse trop longtemps ignorée. En effet, combien de Lapalissois ont déjà franchi les portes du Lycée Antoine-Brun ? Mais soyons lucides, nous n’avons rien à gagner à enfiler le bleu de chauffe des Conti de l’usine de Clairoix qui promettaient de continuer la lutte alors que les jeux étaient déjà faits et que l’opinion était déjà passée à autre chose. Aujourd’hui, Lapalisse n’est plus dans le camp des vainqueurs. Je crains que notre ville n’ait pas encore compris dans quel monde elle évolue. Depuis une dizaine d’années, une concurrence féroce s’est engagée entre les collectivités territoriales et toutes les familles politiques, y compris celles de gauche (qui pourtant s’en défendent), se sont converties à cette nouvelle forme de lutte politique. Mieux encore, la décentralisation a définitivement placé l’Etat en position de juge territorial qui fait toujours pencher la balance du côté de l’innovation. Or, l’innovation naît de dynamiques qui peuvent être encouragées à condition de le vouloir. Si le Pays de Lapalisse ne réagit pas avec rapidité, rossinante n’est pas au bout de botter les fesses de Don Quichotte…
-
S. HUG

Aucun commentaire :