mercredi 1 décembre 2010

Chronique du haut de la palissade : front de circonstance

-

Vous le savez sans doute, un front élargi s'est dernièrement constitué afin de sauver le Lycée Agricole Antoine-Brun. En quittant la scène locale, le débat est devenu un objet politique dont le maire de Lapalisse a déjà perdu le contrôle. Ce front qui a un ennemi désigné, le Président de la Région Auvergne, René Souchon, rassemble aussi bien des élus de droite que de gauche. On pourrait croire, à première vue, en l'existence d'une sorte d'union sacrée, en fait, il n'en est rien. Alors que DanielDugléry, chef de l'opposition régionale, ne manque pas une occasion de lancer des piques contre la gestion socialiste de la région, Brice Hortefeux profite de l'occasion pour s'imprégner encore un peu plus des problématiques bourbonnaises... Jean-Paul Dufrègne, Président du Conseil Général de l'Allier a, quant à lui, tout intérêt à se montrer combatif d'ici le printemps, époque à laquelle son poste de Président sera sérieusement menacé par le renouvellement cantonal. Gérard Charasse et le PRG bourbonnais ont également pris rendez-vous pour le mois de mars prochain et doivent délimiter d'ici là leur périmètre politique par rapport au PS et à Jean Mallot.
Ne nous y trompons pas, ce front est trop large et composite pour qu'il puisse durer. L'idée actuellement étudiée (mais qui a peu de chance de voir le jour) serait de parvenir à l'abandon pur et simple de la décision de fermeture de l'établissement. Or, personne n'a encore évoqué le vrai enjeu conditionnant l'avenir de ce Lycée : comment le rendre plus attractif et plus compétitif ? Reconduire le Lycée Antoine-Brun en l'état ne serait aucunement rendre service à cette structure. Il faut, impérativement et sans délai, réfléchir au développement de nouvelles filières.
-
S. HUG

Aucun commentaire :