mercredi 29 août 2012

Chronique du haut de la palissade : l'heure de la rentrée a déjà sonné


Certes, les effets de la crise et ceux d’une météo capricieuse ont engendré un tassement de la fréquentation touristique en Bourbonnais, mais à Lapalisse, il ne faudra pas se contenter de ces deux arguments pour expliquer le recul du nombre de touristes cet été. Bien entendu, les quatre soirées offrant à chaque fois un parcours théâtralisé à travers le patrimoine de notre ville furent des succès et elles constituent à ce titre la meilleure (pardon, la seule !) idée de la municipalité depuis sa prise de fonction en 2008. Mais entre deux dates : rien, le néant. Les hôtes du camping de La Route Bleue se lamentèrent d’ailleurs souvent qu’au sein d’un lieu affichant fièrement ses trois étoiles aucune animation ne soit programmée à destination du public. Une fois de plus, la politique promotionnelle de Lapalisse relève d’un autre âge. Il est temps de cesser de tout miser sur ces Embouteillages qui font déjà bouchons à la créativité.
Malheureusement, certains investissements apparaissent d’ores et déjà comme des gâchis de fonds publics à l’image du Skate Park, inauguré en 2010, et qui est de plus en plus déserté par les jeunes Lapalissois. Voilà donc un peu plus de 20 000 euros jetés par les fenêtres ! Par les temps qui courent, il y a de quoi rager. Mais n’oublions jamais que la Gauche a le cœur sur la main et l’autre dans le portefeuille du contribuable.
Et que dire également du manque d’entretien de la Place-Leclerc qui, symbole pour certains élus actuels de l’héritage de Bernard Le Provost, est volontairement devenue une zone d’ombre dans notre ville.
Enfin, tout dernièrement, nous venons d’apprendre que, de guerre lasse, Patrick Bodin, le dynamique Président de l’Union Commerciale lapalissoise, vient de démissionner de son poste : un coup dur pour la vie lapalissoise qui est de plus en plus anesthésiée par les marchands d’éther de l’Hôtel de Ville. 

S. HUG

Aucun commentaire :