jeudi 20 mars 2014

Municipales 2014 : Jacques et le haricot magique (suite... mais pas fin !)

Bienheureux les fortunés qui s'ignorent. Lapalissois, vous êtes des nantis et des veinards sans le savoir ! En effet, dans un article digne des plus belles heures de la Pravda, la presse-patates locale a relayé, dans son édition du 8 mars, la parole de Jacques de Chabannes. On y apprend, tenez vous bien, qu'au terme de son mandat "la fiscalité pèse moins sur les ménages" et que nous assistons à une " stabilisation de la situation des commerces et de l'artisanat, voire une amélioration". Quand au tourisme local, il va de mieux en mieux. Quelle pantalonade ! Le Maire de Lapalisse, qui a autant d'esprit économique qu'un petit-bourgeois s'enmitoufflant pour aller à un congrès du MEDEF de peur d'y attraper froid, nous fait donc part, sans aucune vergogne, de ses analyses conjoncturelles. La réalité est tout autre que celle présentée dans les colonnes de "La Mentagne"
En ce qui concerne, la fiscalité locale, la part communale n'a cessé d'augmenter depuis 2008 comme le montre  les deux courbes suivantes (source Ministère des Finances et du Budget - visible sur le site proxiti.info) :



Pour ce qui est de la baisse de la pression fiscale, il faudra donc repasser.

En ce qui concerne la dette de la commune de Lapalisse, certes nous sommes sur le chemin d'un désendettement mais les observateurs notent que cet effort avaient été engagé bien avant 2008. Depuis cette date, le désendettement de Lapalisse a tendance à se ralentir (- 2,95 % entre 2008 et 2012 contre - 9,12 % en moyenne pour les villes de taille comparable en France métropolitaine). 


Passons maintenant au dossier du commerce local et de l'artisanat. Au lieu des huit cellules vacantes dont parle Monsieur le Maire, un rapide tour d'horizon en ville permet d'en recenser en fait une douzaine... Quatorze cellules ont rouvert, certes, mais combien atteignent le cap des douze mois de survie ? En fait, le commerce lapalissois souffre terriblement (parce qu'il repose sur  une consommation locale elle-même en berne) et la municipalité n'a développé aucune politique en sa faveur. Preuve en est : aucun commerçant ne figure sur la liste soit disant d'Union. N'hésitez pas à en parler avec vos commerçants, vous pourrez ainsi mesurer leur opinion. En matière économique, n'oublions pas également le départ des Etablissements André-Espaces Verts (une trentaine d'emplois perdus), des Etablissements Charrondière (une vingtaine d'emplois également perdus), sans compter les quelques emplois liés au service de l'ancien LPA Antoine-Brun qui pourtant, il y a encore un an étaient présentés comme vitaux pour le commerce local : quelle force de résilience ! Décidément, le discours minicipal est d'une dissonance édifiante. 
Finissons par évoquer le tourisme local qui lui aussi, selon le Maire de notre ville se porte bien, alors que tous les bons observateurs de la vie lapalissoise on noté une baisse de la fréquentation depuis deux étés. Inutile de masquer la réalité en intégrant les flux temporaires générés tous les deux ans par les Embouteillages de la Nationale 7 : Lapalisse attire de moins en moins les estivants. 

S. HUG 

Aucun commentaire :