vendredi 6 janvier 2012

Marcel Colliou, alias Commandant Roussel, réorganisateur des Diables Rouges (152e régiment d'Infanterie)

Né le 25 septembre 1897 à Brest, Marcel Colliou interrompit ses études pour s'engager en 1915 dans l'infanterie. Très rapidement, il suivit le peloton d'élèves officiers d'active d'où il sort le 15 octobre 1916 comme aspirant. Sous-lieutenant en 1917, il rejoignit le 6e RI avec lequel il connut le feu à Verdun, sur l'Aisne, et participa à l'offensive victorieuse de 1918. Marcel Colliou obtint la Croix de guerre avec quatre citations dont une à l'ordre de l'armée. Nommé lieutenant en septembre 1919, il reçut la Légion d'honneur en juin 1920. Après un court séjour au 154e RI, le lieutenant Colliou fut en poste au Liban d’août 1920 à janvier 1922). Au cours de cet engagement, il fut blessé et cité trois fois. Affecté à Verdun dès son retour en métropole, il suivit les cours de l’École d'application des chars de combat à Versailles. Puis il rejoignit, le 10 mars 1924, le 551e régiment de chars lourds. Nommé capitaine le 27 décembre 1930, il fut élève de l’École supérieure de guerre de 1934 à 1936 et fut affecté, dès sa sortie, au 511e régiment de chars de combat (1er octobre 1936-29 mai 1937). Puis, jusqu'au déclenchement du second conflit mondial, il servit en état-major, celui de la 11e région, puis au premier bureau de l’état-major du Grand quartier général. Chef de bataillon le 16 décembre 1939, le commandant Colliou reçut le commandement du III/152e régiment d’infanterie le 25 septembre 1940, à Lapalisse. Il le quitta un an plus tard pour effectuer des stages dans l'artillerie, avant d'être démobilisé en novembre 1942. Il rejoignit alors la région de Lapalisse et s'employa à organiser la résistance dans le département de l’Allier. Pour cela, il rechercha ses anciens cadres, recruta les volontaires, organisa la lutte contre l'occupant. Le 21 février 1943, il reçut dans la clandestinité le commandement du 152e régiment d’infanterie. Le 1er mars de cette même année, un mandat d'arrêt fut lancé contre lui. Il entra alors dans la clandestinité et prit le nom de guerre « Roussel ». Début juin 1944, les groupes du lieutenant-colonel Colliou sortirent de l'ombre, attaquèrent un train dans le tunnel de la Pacaudière, s'emparèrent du dépôt de munitions de Jaligny (Allier). Membre des maquis du Bourbonnais, le groupement Roussel devint division d'Auvergne, puis demi-brigade. Chef de corps du régiment d’Auvergne, son unité fut autorisée le 21 novembre 1944 à prendre le numéro cher à son cœur de 152e régiment d'infanterie. Incorporé à la première armée, il le conduisit de victoire en victoire: boucles du Doubs, Oberwald (territoire de Belfort), Dollert, forêt de Nomenbruck (Haut-Rhin). Après avoir reçu son drapeau des mains du général De Gaulle, il conduisit le 15. 2 jusqu'aux rives du Neckar après être entré le premier dans Stuttgart. Colonel depuis décembre 1944, il quitta le régiment en avril 1946 pour commander la première demi-brigade d'infanterie. Promu général de brigade puis de division en 1952, il quitta deux ans plus tard le service actif. Le général Colliou nous quitta le 22 janvier 1963 à Paris.

-

S. HUG


Aucun commentaire :