dimanche 23 mars 2008

Le monument aux victimes du coup d'Etat du 2 décembre 1851 : un totem républicain



Photo du haut : Le monument républicain peu de temps après son érection - photo du bas : cérémonie d'hommage à la résistance républicaine au coup d'Etat du 2 décembre 1851 (Lapalisse décembre 2007 - cliché R. Belloeuf, correspondant local de La Montagne, cliché également paru dans Allier République, le mensuel de la fédération radicale de l'Allier)


Lapalisse, 4 décembre 1851, sept heures du matin : une troupe de républicains Donjonais affronte au pied de la sous-préfecture de la ville un cordon de gendarmes. L'histoire est connue : lors de la fusillade, un gendarme fut mortellement touché, le sous-préfet Rochefort profita de l'agitation pour s'enfuir brides abattues, laissant les Donjonais maîtres de la ville pour quelques heures. La répression bonapartiste s'organisa dès le soir même et culmina lors de la réunion des commissions mixtes en mars 1852.

Cet événement revêtit rapidement une dimension fondatrice pour la plupart des républicains de l'arrondissement de Lapalisse. L'idée d'ériger un monument dédié aux victimes du coup d'Etat du 2 décembre 1851 fut lancée par Antoine Hugon, maire de Saint-Prix, dans un discours prononcé en mai 1905 lors des obsèques d'Edmond Bourrachot, l'un des plus fervents républicains donjonais du 4 décembre 1851. Il fallut attendre la fin de l'année 1907 et l'arrivée à l'Hôtel de ville de Lapalisse de Jean-Baptiste Baudon, radical-socialiste, pour que le projet trouve enfin un écho favorable auprès de la municipalité. Un comité fut organisé : M. Hugon en fut le président, MM. Baudon, maire de Lapalisse et Bonnet, maire du Breuil, vice-présidents, M. Rambaud, cordonnier en fut le trésorier et M. Chervin, instituteur, secrétaire. Une souscription fut ouverte auprès du public et des maires républicains du département. Le Conseil général et la Mairie de Lapalisse mirent la main à la poche, mais l'argent peina à être rassemblée. Alors que l'on prévoyait un monument en granit du Mayet, on se résolut à utiliser la pierre de Villebois, moins chère. L'emplacement du monument déclencha également une vive polémique. Pour l'ériger, J.B Baudon autorisa le déplacement d'une croix qui fut reléguée au coeur du cimetière de la ville. Par ailleurs, M. Balleydier, dont le mur de la propriété touchait à l'emplacement réservé au futur monument mena une véritable guérilla juridique afin que "la borne" ne soit pas collée à son mur...

Achevé en 1913, le monument, dont le socle renferme un parchemin sur lequel figuraient les 140 noms des héros du 4 décembre 1851, ne fut inauguré qu'en 1922. Ce monument devint vite un lieu de mémoire pour tous les républicains locaux. Aussi, ce fut à ses pieds que se déroula la grande manifestation antifasciste du 1er juillet 1934. Près de 3 000 personnes investirent ce jour là les abords de la mairie, de la sous-préfecture et du champ de foire afin de témoigner de leur volonté de défendre les valeurs républicaines face à la montée des ligues d'extrême-droite.

Le 2 décembre 1951, la municipalité de Charles Bécaud, ancien résistant et déporté, organisa les cérémonies du centenaire de la résistance républicaine au coup d'Etat du 2 décembre 1851 en présence du Préfet de l'Allier, du sous-préfet de Vichy, de M. Auberger, sénateur, M. Migay, député, M. Lamoureux, ancien ministre et M. Rougeron, président du Conseil général de l'Allier.

Depuis 2006, chaque début décembre, des élus, des membres ou de simples sympathisants des partis de gauche font revivre, le temps d'une cérémonie, la mémoire des républicains de 1851.

S. HUG

(HUGSTEPHANE@aol.com)

2 commentaires :

Anonyme a dit…

Beaucoup, je fais actuellement des recherches sur Lapalisse et je cherche des informations sur ce monument. Dans quel document avez-vous trouvé ces informations?

cordialement,

MM.

Stéphane HUG a dit…

Monsieur,

Le plus simple, en matière de recherches historiques, est de me contacter via mon adresse email qui apparaît à la fin de chaque article : hugstephane@aol.com. Je me ferai un plaisir de vous aider.

Cordialement

S. HUG